Charte environnementale


OBJECTIFS : Définir les choix et stratégies du club afin de répondre aux exigences environnementales des organismes de certification des labels G.E.O (Golf Environnement Organisation) et ECOCERT (Label golf eco-durable).

Créé en 1985 au pied du Salève sur 62 ha, le Golf de Bossey est un vaste espace vert coincé entre les carrières du Salève et les zones urbanisées. Depuis de nombreuses années, le Golf & Country Club de Bossey est engagé dans une démarche de gestion la plus écologique possible de cet espace. En 2013, dans le cadre du contrat corridors, Champagne Genevois soutenu par l'Europe, la Région, le Département et en collaboration avec le Canton de Genève, le Golf a signé un partenariat avec le Syndicat Mixte du Salève pour amplifier ses actions en faveur de la biodiversité

La biodiversité du Golf de Bossey

L'inventaire de la faune et de la flore du golf a été réalisé entre 2013 et 2015 par des spécialistes : 306 espèces de plantes dont 2 sont rares, 103 espèces d'invertébrés (insectes et autres) dont 5 sont remarquables. 60 espèces d'oiseaux dont 10 sont menacées et 16 espèces de mammifères dont 4 sont menacées. Ce sont les milieux boisés, humides et rocheux qui accueillent le plus d'espèces remarquables.

Des pratiques plus écologiques

L'objectif du gestionnaire du Golf de Bossey est d'améliorer la qualité écologique des espaces. pas et peu joués, et permettre à la faune de se déplacer entre les divers ilots naturels du golf et des alentours. Dans le golf, 46 ha sont dédiés au jeu (départ, green, fairway, rough, bunker, alignements d'arbres et 16 ha constituent l'environnement du jeu (haut-rough, étangs, forêt, chaos rocheux, prairies fleuries, verger).
 

Fauche tardive

Certains roughs (prairies) ne sont fauchés qu'une fois à l'automne permettant à la flore et aux insectes de réaliser leur cycle de reproduction. À présent, l'équipe du golf ramasse l'herbe coupée car le broyat fertilise le sol et diminue la diversité en fleurs comme les orchidées. 
 

Pâturage

Un grand talus est aujourd'hui pâturé par quelques moutons au lieu d'être régulièrement tondu. La présence des animaux favorise les insectes qui servent de nourriture, notamment, aux Hirondelles de fenêtre nichant dans le lotissement tout proche.

Plantation d'arbustes

Entre les arbres et la prairie, il manquait un élément essentiel au paysage du golf : des bosquets d'arbustes qui sont progressivement plantés. Qu'ils soient épineux ou non, ils offrent au printemps leurs fleurs aux butineurs, leur feuillage dense aux nicheurs et leurs baies aux affamés en hiver.

Création de gîtes pour la faune

La création de tas de bois et d'herbe en lisière pour les lézards et les crapauds, la pose de grands nichoirs pour la Huppe fasciée ou le fourmilier, de petits nichoirs pour les mésanges qui aident les jardiniers en mangeant les chenilles, l'installation de gîtes à chauve-souris sur des arbres sont autant de refuges appréciés par ces espèces.

Conservation des arbres et de la forêt

Près de 18 ha sont occupés par la forêt, des alignements d'arbres et un verger. Ces arbres sont d'autant plus utilisés par la faune qu'ils sont d'essences locales, variées, qu'ils sont âgés et possèdent des ca vités dans leur tronc. Aussi, des arbres fruitiers ont été plantés, et 6 ha de forêt sont laissés sans intervention de l'homme.

AMÉLIORATION DES MILIEUX HUMIDES

Trois étangs sont reliés entre eux par de petits ruisseaux. Le plus naturel est le Lac Noir. Ce sont des oasis pour des plantes et animaux aquatiques comme le triton alpestre ou les libellules. Mais les chauves-souris viennent aussi y chasser la nuit. Ici l'objectif est de favoriser la végétation aquatique sur les rives et dans l'eau car elle sert d'abris à la faune aquatique. 

Élimination des espèces invasives

Comme dans beaucoup d'endroits, l'homme a introduit accidentellement des espèces exotiques qui ont la fâcheuse tendance à concurrencer les espèces locales. Dans les étangs du golf, des tortues de Floride et des Carpes Amour ont été introduites et détruisent les pontes et les larves de grenouilles. Ailleurs, la Renouée du Japon et le Solidage du Canada envahissent les haut-roughs (prairies hautes). 

À vous de jouer !

Si l'équipe de jardiniers œuvre à la mise en place de ces mesures de bon sens favorables à la nature, joueurs, habitants et promeneurs, vous pouvez tous participer.

Les joueurs, en accueillant favorablement ces pratiques qui créent un paysage un peu plus sauvage, moins « taille au cordeau » mais qui laissent un peu plus entrer la nature dans le golf.

Les habitants et les promeneurs, en restant en dehors des espaces de jeu et en tenant votre chien en laisse.

... et tous, en participant à l'inventaire de la biodiversité du golf :
  • avec votre téléphone vous prenez en photo, une fleur, un insecte, un oiseau, une trace, un indice animal....
  • vous l'envoyez en précisant le n° du trou à Alain Aupècle, par SMS au +33 6 87 69 27 36 ou par mail à : atelier@golfbossey.com 

Vous contribuerez ainsi à évaluer les effets des mesures prises sur la faune et la flore dans le Golf de Bossey.